08 février 2011

UN PACIFISTE AU JAPON

Photo_2_Hiroshima
( article paru dans l'UNION PACIFISTE, n°474, novembre 2009)
UN PACIFISTE AU JAPON
J'ai fait, cet été, un voyage au Japon avec ma femme. Je voulais faire la connaissance du peuple japonais et visiter les lieux symboliques de la résistance à la guerre dans ce pays en pleine transformation politique.
ETAPE CAPITALE : HIROSHIMA.
En 2009, comme chaque année, 50 000 Japonais ont commémoré dans le Parc de la Paix d'Hiroshima, les 140.000 morts, victimes de la bombe atomique "Little boy", larguée sur la ville le 6 août 1945, par l'armée américaine.
Comme chaque année, le maire a demandé la suppression des armes nucléaires et a affirmé sa position d'avant-garde dans la réalisation de la paix mondiale.
Cette année, le maire Tadatoshi Akiba a fait l'éloge du président américain Obama car c'est la première fois qu'un président des Etats Unis - seule nation à avoir eu recours à l'arme atomique - a reconnu sa " responsabilité morale d'agir, pour parvenir à un monde dénucléarisé".
La visite du Parc de la Paix et du Musée de la Paix est émouvante. Conçus par le grand architecte japonais KENZO TANGE ,construits dans le centre dévasté d'Hiroshima, le parc et le musée sont aujourd'hui classés patrimoine de l'Humanité.
Nous avons parcouru le Parc un jour de semaine, sous la pluie et nous avons vu beaucoup de visiteurs japonais qui se recueillaient devant les petits monuments qui jalonnent le chemin. Au pied du Monument des enfants pour la Paix, des survivants de la bombe atomique, nommés HIBAKUSHA, hommes et femmes âgés, racontent à de petits groupes de visiteurs et surtout à des jeunes, la tragédie de la guerre. Sous la pluie, tous écoutaient attentivement les récits de ces survivants.
Dans le musée, impressionnant par ses dimensions, ses objets ( une montre arrêtée sur l'heure fatidique de l'explosion: 8h15), ses photos, ses reconstitutions et ses explications, les jeunes s'arrêtent devant tous les panneaux. Ils sauront, en sortant, combien l'arme nucléaire est dévastatrice et pourquoi il faut exiger la destruction de ces armes et interdire leur fabrication.
Mais ce qui m'a le plus intéressé, en tant que citoyen d'un pays champion du nucléaire, c'est le nombre de lettres de protestation envoyées par les maires successifs d'Hiroshima à tous les pays qui ont fait et continuent à faire des essais nucléaires. La France en a reçu une grande quantité, adressées à tous les chefs d'état depuis le général de Gaulle, avec le résultat que l'on sait.
La dernière lettre a été envoyée en Corée.
Les informations données dans ce musée ne ménagent pas l'armée japonaise qui avait fait d'Hiroshima une ville de fabrication d'armes, obligeant les femmes et les enfants à travailler dans ses usines d'armement. Cibles de la bombe américaine, ces fabriques ont été la tombe de plusieurs milliers de personnes à l'heure où elles travaillaient.
Un document prouve que l'armée américaine visaient aussi d'autres secteurs militaires à Nagasaki et à Kyoto. A Kyoto c'était un hangar près de la gare. Mais Kyoto a été épargnée grâce à l'intervention d'un Français d'origine russe: Serge Elisseeff, professeur de littérature japonaise à la Sorbonne puis à Harvard. Il avait des relations auprès des autorités américaines et il est intervenu pour faire enlever Kyoto des cibles de l'armée américaine.
C'est à Kyoto que j'ai visité le musée pacifiste le plus complet.
SURPRISE A KYOTO
Kyoto, c'est d'abord la ville culturelle et religieuse par excellence et on y visite d'abord des temples et le quartier des geishas. Mais ma femme tenait à y ajouter le musée de la Paix. Nous avons voulu savoir à quoi il ressemblait et là, surprise!, c'était une visite importante.
Le Musée de la Paix mondiale de Kyoto est le seul musée, parmi la centaine de musées de la Paix dans le monde, qui est situé dans une université : l'université de RITSUMEIKAN, que fréquentent environ 3000 étudiants. Les étudiants étrangers viennent de 87 pays .Le musée se trouve dans la partie nord-ouest de Kyoto.
J'ai été impressionné par la richesse du fond et l'intelligence de la présentation de ce musée, créé en 1992 et réactualisé en 2005.
La philosophie du parcours dans ce musée est résumée dans un dessin humoristique qui montre un soldat quittant son habit militaire devant le tableau Guernica de Picasso. Il faut dire que pendant la guerre, en 1943, tous les étudiants de cette université ont été obligés d'aller travailler dans les fabriques d'armement de la ville.
L'intérêt de ce musée, très vaste et très documenté, est aussi d'aborder toutes les guerres du XXème siècle: les guerres coloniales, les guerres mondiales et les guerres civiles, dans tous les Pays du monde et avec toutes les armes possibles.
Comme les conflits entretenus par les marchands d'armes n'ont jamais cessé, on trouve dans le musée des documents sur les guerres les plus récentes, en Bosnie, en Palestine, en Irak et en Afghanistan avec, pour la première fois, depuis 1945, des soldats japonais, engagés sur le terrain en Afghanistan.
Ce musée correspond encore mieux à notre idée du pacifisme contre toutes les armes et contre toutes les guerres.
Au cours de la dernière Conférence internationale pour les musées de la paix, qui s'est tenue en 2006 dans cette université, le thème de la compréhension de l'histoire a été abordé et notamment l'étude des forces qui amènent les populations à accepter la guerre et à s'engager dans cette tragédie. Le Japon est un exemple malheureusement représentatif de ce phénomène.
L'intérêt de ces réflexions est primordial pour éviter les conflits et concerne tous les pacifistes, mais ce musée est beaucoup moins visité que celui d'Hiroshima, nous étions seuls, ma femme et moi, dans les salles.
QUE DURE LE PACIFISME JAPONAIS!
Cette découverte d'un tel engagement pacifiste, de la part d'étudiants japonais, m'a surpris et ravi comme vous l'imaginez. Mais je sais que ce pacifisme forcé, imposé par les Américains après la deuxième guerre mondiale, est fragile.
Un professeur de l'Université Ritsumeikan est venu nous saluer en entendant parler français et a exprimé sa reconnaissance de nous voir visiter le musée de son université, mais n'oublions pas que la menace du réarmement et de la remise en route d'une armée pèse aujourd'hui sur le Japon.
Vous savez, comme cela a été rappelé dans le documentaire : LE JAPON, L'EMPEREUR ET L'ARMÉE,, de KENICHI WATANABE, diffusé sur Arte, que le 2 janvier 2007, l'ancien premier ministre SHINZO ABE avait décidé de créer un ministère de la défense, et de revoir la constitution qui interdit au Japon, par l'article 9 de sa constitution, de posséder une armée.
Heureusement que le 16 septembre 2009, un nouveau premier ministre de centre-gauche a été élu: YUKIO HATOYAMA. On peut espérer que cet universitaire qui avait créé dans l'opposition un " groupe d'étude pour une utopie politique", dont l'un des slogans de campagne était: " Créer un pays plein d'amour" et qui a critiqué la guerre en Irak, saura faire une nouvelle constitution écrite cette fois par des Japonais mais qui gardera son article 9.
La menace est grande, avec la peur entretenue de la Chine et de la Corée, que les partis de droite ne fassent basculer l'opinion publique japonaise dans l'abandon du pacifisme.
COMMENT SOUTENIR LE PACIFISME?
Il faut trouver un moyen de soutenir les Japonais qui veulent se protéger de crimes futurs.
Puisqu'il existe déjà plus de 3000 maires de villes ou régions du monde entier qui ont réussi à former un MOUVEMENT DES MAIRES POUR LA PAIX pour soutenir le maire d'Hiroshima dans son combat contre la bombe atomique, pourquoi, n'y aurait-il pas quelques dizaines d'universités qui se joindraient à l'Université Ritsumeikan de Kyoto pour soutenir son action pacifiste? Les étudiants ont souvent été à l'origine des principaux changements dans le monde.
L'université possède une galerie d'exposition pour des dessins et des photos, une médiathèque ouverte aux publications pacifistes, des salles de conférence et de projection. Je pense que l'Union Pacifiste de France, pourrait prendre contact avec cette université et tisser des liens avec les Japonais pacifistes pour montrer que quelques Français défendent encore le pacifisme intégral.
Bernard
octobre 2009
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Adresses internet:
Université Ritsumeikan:
http://www.ritsumei.ac.jp/eng/
Musée de la Paix de l'université Ritsumeikan:
http://www.ritsumei.ac.jp/mng/er/wp-museum/english/index.html
Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix
http://www.afcdrp.com/
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Photo_5_Dessin_Chung

dessin de Chung

Posté par infonyx à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur UN PACIFISTE AU JAPON

Nouveau commentaire